vendredi 27 mai 2011

Une rose fanée

Dans ma chambre de jeune fille, j'avais un poème imprimé sur du papier incrusté de fleurs en provenance directe du fameux moulin à papier d'Ambert... Je m'en souviens encore :

Mignone, allons voir si la rose
Qui se matin avait éclose
Sa robe de pourpre au soleil
A point perdu cette vesprée
Les plis de sa robe pourprée
Et son teint au vôtre pareil

Las ! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautés laissé choir !
Ô vraiment marâtre Nature,
Puisqu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse :
Comme à cette fleur la vieillesse
Fera ternir votre beauté.

Et bien je ne suis pas vraiment d'accord avec Pierre de Ronsard , et je trouve que cette rose est encore charmante !!









3 commentaires:

le Pierrot a dit…

Bonjour, tout est charmant dans cette note, textes et photos, c'est très beau...bon week end la dame qui possède un canon, alors que je travaille en Nikon, ben oui...

K'line Bloom a dit…

Bonjour Céline, je trouve aussi que les roses fanées dégagent encore beaucoup de poésie sinon plus...Nous avons toutes eues un poème sur le fameux papier du Moulin d'Ambert, trop mimi :) Bon week-end !

Thib a dit…

Amusant ! J'ai posté le même poème aujourd'hui, pour accompagner les roses qui portent le nom de son auteur !

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...